Rapports Annuels
1998

MESSAGE DU PRÉSIDENT

Le Centre ACER et l'avenir.

L’avènement du Centre ACER représente un point tournant en acériculture. Signalons qu’il s’agit du seul centre de recherche au monde qui soit voué entièrement à la recherche en acériculture. Ce domaine a évolué récemment à un rythme fulgurant, et cela continue. La recherche doit suivre, mais cela ne va pas sans mal, car les questions soulevées par les intervenants acéricoles exigent, le plus souvent des réponses rapides alors que le cycle d’un projet de recherche est de l’ordre de trois à cinq ans. Ces questions touchent tant la ressource érable, que la régie d’exploitation que les produits mêmes de l’érable. On comprendra que le Centre a son carnet de travail bien rempli et ceci pour plusieurs années à venir, mais nous devons nous garder la possibilité d’accueillir de nouveaux projets, selon les besoins du milieu. Il s’agit là d’une délicate besogne que de conserver un équilibre entre les activités et projets mêmes et les ressources humaines et financières disponibles. J’en profite d’ailleurs pour remercier le personnel pour ses efforts constants et sa détermination.

Nous espérons, dans les années à venir, procéder à la rénovation de nos installations à notre érablière expérimentale. Nous souhaitons aussi nous adjoindre, au fur et à mesure que les circonstances le permettrons, du personnel complémentaire à l’équipe actuelle afin de nous aider à remplir notre mandat de support à l’industrie et à apporter ces réponses si pressantes aux différents défis techniques auxquels fait face le monde acéricole. Ceci pourra s’accomplir par un bon arrimage avec les organismes pourvoyeurs de fonds, par une coopération avec le milieu universitaire et par une collaboration avec les organismes diffusant l’information et formant les intervenants du monde acéricole. Justement, nous devons nous soucier aussi de la relève. À cet égard, nous sommes heureux d’annoncer la création d’une bourse d’étude annuelle, au montant de 5000 $, destinée aux étudiants de 2e et de 3e cycle qui effectuent des recherches dans le domaine acéricole.

D’autres parts, dans ce contexte de gestion serrée et de choix difficile, il est heureux que l’on retrouve au sein du conseil d’administration des organismes représentants des facettes différents du monde acéricole et qui travaillent ensemble pour le bien de l’acériculture. De plus, afin d’augmenter encore cette représentativité dans la diversité, nous nous affairons à convaincre certains groupes, encore absents à la table, à se joindre à nous. En effet, le monde acéricole, disposant déjà de ressources limitées pour l’avancement technologique, ne peut se permettre une dilution et une dispersion des ressources disponibles pour la recherche. Nous invitons les intervenants faisant, ou susceptibles de faire de la recherche, à se rassembler et à coordonner leurs efforts.
 

Pierre Lemieux
Président