Rapports Annuels
2000

MESSAGE DU PRÉSIDENT

À chaque année, la production du rapport annuel nous permet de nous rappeler les actions réalisées par notre outil de recherche; le Centre ACER. C’est donc avec plaisir et fierté que je vous présente au nom du conseil d’administration, ce troisième rapport annuel.

Au delà de l’avancement des connaissances et des réalisations obtenues vis a vis certains projets,  je me permets d’attirer votre attention sur deux points stratégiques, en relation avec les activités de recherche de l’année 2000.

Premièrement, le respect de l’exécution de la vision des partenaires membres du conseil d’administration, face au contenu et à la pertinence de la programmation en cours, en réponse à la problématique et aux besoins que l’acériculture vit en ce moment (entaillage, compartimentage, guide des pratiques, formaldéhyde endogène et exogène, normes HACCP, certification, etc). 

Des besoins naît la vision, ainsi que les actions et outils pour l’atteindre d’où mon deuxième point, la nécessité de notre recherche en acériculture. Fort de la problématique acéricole actuelle, déjà les futurs résultats de certains projets, sont attendus et seront utilisés au bénéfice de l’ensemble du monde acéricole et ceci à bien des égards, tant politiques, qu’économiques.

Face à ces attentes et réalisations, la notoriété et la respectabilité du Centre ACER et de son équipe se solidifie, renforcée par les relations grandissantes que nous avons avec plusieurs universités (McGill, Laval, Montréal, UQAM) et par le perfectionnement académique de nos jeunes chercheurs.

Pour que la recherche réponde à ces attentes, l’acériculture québécoise doit répondre positivement, et sans froideur, par un engagement indéfectible à la recherche, car faisant partie de l‘évolution du monde acéricole, les résultats de la recherche, en plus d’être essentiels, constituent des éléments rassembleurs de l’industrie.

Face au renouvellement de notre convention pour deux autres années, le support monétaire à la recherche se doit de dépasser les niveaux actuels, qui sont importants, mais encore trop peu, face aux besoins futurs en relève et en infrastructure. En fait, il nous faut comme centre de recherche, se donner les atouts afin de bien remplir notre mission.

Pour terminer, je tiens à remercier tout le personnel pour leur compétence et implication. Merci aux partenaires et à mes collègues du conseil d’administration pour leur support, leur participation et leur assiduité et un remerciement spécial à tous les intervenants pour leur soutien direct et indirect, ainsi qu’aux organismes provinciaux et fédéraux, pour leurs subventions spéciales à la recherche et au futur de l’industrie acéricole.

 

Pierre Lemieux
Président